vendredi 20 mars 2009

LE LOUP ET L’AGNEAU de Esope, version barbare

Illustration reprenant la fable Le loup et l'agneau de Ésope (reprise aussi par Jean de Lafontaine) ici campé par des personnage animalier digne d'une bd d'Heroic Fantasy: Le loup, hache de guerre à la main, est un immense barbare bardé de fer à l'air guerrier et viril, la pauvre agnelle est une nymphe nue, délicate, gracieuse mais chétive et vulnérable devant le terrible tyrant.

LE LOUP ET L’AGNEAU

Un loup, voyant un agneau qui buvait à une rivière, voulut alléguer un prétexte spécieux pour le dévorer. C’est pourquoi, bien qu’il fût lui-même en amont, il l’accusa de troubler l’eau et de l’empêcher de boire. L’agneau répondit qu’il ne buvait que du bout des lèvres, et que d’ailleurs, étant à l’aval, il ne pouvait troubler l’eau à l’amont. Le loup, ayant manqué son effet, reprit : « Mais l’an passé tu as insulté mon père. — Je n’étais pas même né à cette époque, » répondit l’agneau. Alors le loup reprit : « Quelle que soit ta facilité à te justifier, je ne t’en mangerai pas moins. »

Cette fable montre qu’auprès des gens décidés à faire le mal la plus juste défense reste sans effet.

2 commentaires:

Tinky a dit…

Et comme le dit La Fontaine, "La raison du plus fort est toujours la meilleure". Y'a qu'à voir comment tourne l'église, tiens... Ca fait peur...
Allez, il est bien connu que les chrétiens sont un troupeau, mais le berger, là, c'est un loup... Dur dur !!!
Tinky, en plein questionnement.

jeli a dit…

tres belle